NOTRE HISTOIRE

De père en fils

Une tradition familiale transmise de génération en génération.

La première érablière familiale est établie en 1920 par M. Roger Meunier
agriculteur. Il lègue son amour du métier à son fils Raymond qui à son tour,
transmet à son fils Philippe les techniques de l’acériculture et de la
restauration.

Au fil des années, l’entreprise s’est transformée pour mieux répondre aux
besoin de sa clientèle, incluant l’acquisition d’un boisé pour un total de
4000 érables.

Une cabane à bouillir rustique agrémente le décor où vous pouvez déguster la
tire d’érable et vous procurer d’excellents produits du terroir à sa
boutique cadeau. En 2006, une grande ferme d’animaux a été construite sur le
site, pour le plus grand plaisir des petits et des grands.

Venez passer une journée inoubliable en famille ou entre amis dans une atmosphère des plus chaleureuses.

Les 10 commandements de l'érablière Meunier

  • Dans notre énorme module tu iras jouer, glisser et escalader pour laisser tes parents relaxer.
  • Dans nos sentiers, avec nos chevaux, tu iras te balader.
  • Dans notre fermette, Cashew et ses amis tu feras manger.
  • Dans notre cabane à bouillir, un bon beigne chaud tu iras déguster.
  • Avec notre tire d’érable à volonté, tu seras collé jusque sur le bout du nez.
  • Sur le site, Olaf et son ami tu pourras rencontrer et avec eux tu te feras photographier.
  • Sur la piste de danse tu iras «swinguer», jusqu’à ce que tes pieds te disent d’arrêter.
  • Dans notre salle à manger, un bon repas traditionnel accompagné des fèves au lard de Raymond tu pourras partager, avec tous les amis que tu auras rencontrés.
  • Dans notre cabane, t’attend toujours avec le sourire M. Meunier, sans te gêner tu iras le saluer.
  • Chez Meunier tu voudras retourner; sur Facebook tu iras «liker» pour partager avec ta communauté cette belle ambiance de party!

Érablière Meunier - calèche

Raymond Meunier

Qui est Raymond Meunier?

Fils d’agriculteur, Raymond Meunier voit le jour en 1946 à Richelieu, en Montérégie. Deuxième d’une fratrie de six enfants, il grandit sur la ferme familiale entouré de ses frères et sœurs. Très jeune, il découvre les plaisirs de la terre et apprend à s’occuper des animaux. Son père, qui possède une petite érablière, lui enseigne également les rudiments de l’acériculture.

Comme bien des gens de sa génération, Raymond ne fréquente pas les bancs d’école très longuement. En 1954, alors qu’il n’a que 8 ans, il doit mettre un terme à ses études, car son père est très malade et nécessite son aide pour faire tourner la ferme. Même s’il ne sait ni lire, ni écrire, il s’investit pleinement dans ses tâches quotidiennes et offre un solide coup de main à sa famille.

Passionné

Passionné par les activités agricoles, Raymond se lance en affaires au milieu des années 1970. Il fait d’abord l’acquisition de terres pour la grande culture en plus de quelques vaches et veaux, lesquels lui permettront d’exploiter une petite production laitière. Au fil des ans, il élargit son troupeau, si bien qu’au milieu des années 1980, ce dernier compte déjà une soixante de bêtes!

En 1984, Raymond décide d’élargir ses activités en construisant une érablière sur ses terres.

À peine six mois après sa construction, l’érablière est foudroyée par un éclair lors d’une tempête et devient la proie des flammes. N’étant pas du genre à se laisser abattre, c’est un peu ébranlé, mais tout de même confiant que Raymond remonte ses manches pour rebâtir son érablière. Fouetté par l’épreuve qu’il vient de vivre, l’acériculteur en profite pour aménager un établissement à la hauteur de ses ambitions. Une fois les travaux terminés, la nouvelle érablière peut accueillir jusqu’à 250 personnes!

En 1997, Raymond décide de se départir de son troupeau afin de consacrer plus de temps à ses activités acéricoles. Ses deux fils sont déjà intéressés à le seconder, mais sont encore trop jeunes pour lui donner un véritable coup de main!

L’avenir

Une dizaine d’années plus tard, soit près de 25 ans après avoir lancé son entreprise, Raymond commence à passer le flambeau à ses enfants. Son fils aîné Éric se charge des activités de la ferme, alors que son cadet Philippe s’occupe de l’érablière.

Bien qu’aujourd’hui âgé de plus de 70 ans, Raymond est loin d’envisager la retraite. Pour rien au monde, il ne troquerait le temps passé à travailler sur ses terres avec sa famille. D’autant plus que depuis quelques années, il a régulièrement la chance de voir ses petits-enfants courir et profiter du grand air lorsqu’il s’affaire à la ferme ou à l’érablière.

N’hésitez pas à le saluer si vous le croisez lors de votre prochaine visite. Il se fera certainement un plaisir de vous transmettre une parcelle de sa passion!

Alors, voici l’histoire de mon Papa…Raymond Meunier
Merci papa pour tout ?

Votre panier
0